La rumeur dit que je suis un romantique déjanté bientôt reconnu d'utilité "public" !
En attendant, je prends le thé avec Charles Trenet et on pianote à demain...

 

Un piano à queue et le talent d'Olivier Belle font le reste. Front dégarni, sourire franc, le chanteur a des airs de l'acteur Roberto Benigni, surtout dans les mimiques, tour à tour clownesques et mélancoliques. Loin de la performance vocale, Olivier Belle veut d'abord faire passer de l'émotion au public. Dès les premiers sauts de puce de ses doigts sur le clavier, les pieds et les mains des spectateurs s'agitent pour battre la mesure. Les plus complices connaissent les paroles, tentent de suivre la cadence et les inflexions de voix improbables de ce chanteur farceur. Ses facéties et ses clins d'oeil déclenchent les éclats de rire dans la salle. Mais l'artiste ne fait pas que du « rigolo ». Il sait toucher son public par des mélodies douces et des poèmes d'amour. Amour perdu, amour impossible, amour lointain... Des mots simples qui touchent.

La Croix



« Olivier Belle au Sentier des Halles ». Dans cette salle en sous-sol bondée, il a prouvé que la scène n'avait pas de secret pour lui. Il faut dire qu'Olivier a fait l'école des cabarets : L'Echelle de Jacob, l'Ecluse... Personnage attachant, passant de l'exubérance et de l'humour (chantant un couplet d'une de ses chansons en japonais...) à la poésie sombre, toujours très à l'aise et très complice avec le public.

Platine



Olivier... une « Belle » surprise

Aérien, lunaire, grave ou clownesque selon les chansons, il sait à merveille passer d'un registre à l'autre. Une histoire de famille qui débute avec la passion pour le piano d'une maman concertiste... Une voix, un piano, une plume intimiste et émouvante et surtout une formidable envie de partager avec la salle son plaisir. Il vous embarque avec bonheur dans son univers.

Le Figaro Magazine 2008



Olivier Belle, il faut le voir pour l'écouter, l'écouter pour l'aimer.

La Voix du Nord 2008



Olivier Belle est un personnage très attachant, d'une grande humilité. Dans la plus grande simplicité, il vous fait passer d'un extrême à l'autre dans la gamme des sentiments, un instant c'est un clown qui chante en japonais, l'instant d'après, il vous fait explorer les tréfonds de son côté plus sombre... Olivier Belle est très comédien, mais derrière ses faux airs de Roberto Benigni grimaçant et enthousiaste, il semblerait qu'il y ait une authenticité poignante et une grande fragilité.

Festival de la Chanson Française à Hyères



Olivier Belle : première au "Limo" - Cet homme est un oiseau, c'est sûr. Il sait poser son chant sur nos têtes, il sait où est le rire, où est le sensible. Il connaît son piano, le fait s'envoler et ses propos nous gagnent : à découvrir.

Christian PACCOUD "Le Limonaire"